La Gazette n°1 : l'isolement

March 21, 2017

avec usbek & rica

 

Sommaire de ce numéro

Édito

Grand dossier : vivre la solitude

Parole croisée de Carillonneurs

Entendu et vu dans le réseau

EDITO par Laura, co-directrice de La Cloche

 

Le printemps est arrivé... Avec lui, les premiers rayons chauds du soleil, les journées qui s’allongent, les terrasses pleines et les arbres en fleurs. Voilà ce à quoi l’on pense lorsque l’on est bien entouré, que l’on a sa famille, des amis, des voisins ou des collègues avec qui partager ces petits plaisirs. Mais pour beaucoup, c’est aussi la fin de la trêve hivernale, synonyme de reprise d’expulsions, fermeture progressive des centres d’hébergement et réduction des horaires d’ouverture des accueils de jour associatifs. « La misère n’est pas plus douce au soleil. L’hiver, il y a beaucoup de dispositifs associatifs et les marronniers sur les SDF envahissent la télé. Dès que le soleil pointe le bout de son nez, on dirait que les SDF n’ont plus besoin d’aide... Au contraire, c’est le moment où je me sens le plus seul. » explique Nacime, sans-domicile fixe dans le 10e arrondissement.

 

 

« La solitude est bien pire que le froid. À quoi bon essayer de s’en sortir s’il n’y a personne pour prendre de vos nouvelles ? »

 

 

C’est en entendant trop souvent cette phrase que le réseau de solidarité locale Le Carillon a été créé il y maintenant un an et demi. Parler de l’isolement des sans-domicile dans ce premier numéro de la Gazette nous est venu assez naturellement. Entre habitants, sans-domicile et commerçants, nous nous sommes réunis autour d’un café chez un commerçant solidaire. En échangeant ensemble, nous avons réalisé que la perte de lien social n’est pas l’apanage des personnes à la rue. Une enquête du Crédoc pour la Fondation de France confirme notre ressenti : en 2016, cinq millions de personnes de plus de 15 ans, soit un Français sur dix, ne rencontrent et passent du temps que très rarement avec famille, amis, voisins ou connaissances. 26% d’entre nous se sentent « exclus, abandonnés ou inutiles. »

 

Comme le dit un proverbe russe : « Il n’est pas d’hiver sans neige, de printemps sans soleil, et de joie sans être partagée ». Ensemble, transformons le printemps en une saison de l’amitié et du faire ensemble !

 

CHACUN peut, en bas de chez lui, agir POUR le bien de TOUS et nous en sommes chaque jour d’avantage convaincus grâce à vous. #chacunpourtous

LE DOSSIER : Vivre la solitude

 

L’isolement concerne une personne qui ne rencontre physiquement jamais quelqu’un d’autre ou que très rarement : famille, amis, voisins, commerçants etc.

 

La solitude : une personne peut être seule de façon momentanée ou durable. Si la solitude n’est pas choisie mais subie, alors elle est vécue comme une souffrance.

 

La solitude ne s’expose pas,

ne se déclare pas. Alors comment l’apercevoir, la reconnaître ?

 

D’une façon naturelle, lorsqu’un souci arrive, certains ont tendance à s’isoler pour chercher à le résoudre seul. Pourtant c’est bien le regard bienveillant, l’écoute et parfois même les conseils des autres qui permettent de faire face, de trouver les bonnes solutions et surtout la force pour s’y atteler. Mais il faut parfois un temps seul, avant de prendre conscience que l’on a besoin des autres, et sortir de soi-même pour trouver la confiance pour avancer.

 

D’autres, au contraire, ressentent le besoin de tout partager. Certains expriment tout de suite leur réaction, parfois vive- ment et s’ils se sentent entendus, vont mieux. Chacun réagit à sa manière !

Mais, que l’on soit ours ou hyper-social, on a tous besoin d’être en lien avec les autres pour faire face aux situations difficiles. Étonnamment, c’est surtout les bons moments que l’on a plus de facilité à communiquer ! Un beau paysage, un concert top, un super repas... autant de choses qui ont moins de saveur si l’on ne peut pas les partager !

 

Parmi nos proches il y a ceux qui sont toujours tournés vers les autres, pleins de petites attentions, d’idées de sorties, qui appellent ou envoient des sms dans tous les sens. Moins on réagit, plus cet élan devient fort ! C’est comme un cri nous demandant de saisir ces liens qui nous sont lancés... Nous voyons que pour eux, la solitude, c’est surtout celle qu’on leur renvoie en ne répondant pas à leurs appels.

 

Nous voyons bien que lorsque nous avons l’occasion d’échanger,

cela rend généralement le sourire.

 

D’autres, plus silencieux, semblent en attente de liens. Ils ont besoin que nous allions vers eux, que nous leur montrions qu’ils existent. Il faut être vigilant car ces amis là sont ceux qui ne viendront pas naturellement vers nous.

 

En bas de chez nous, nous croisons beaucoup de gens très différents. Inconnus les uns aux autres et qui pourtant se croisent parfois tous les jours ! Tous ont aussi besoin de se sentir en lien avec les autres. Dans le métro nous voyons tous ces gens qui ne se parlent pas. Dans la file d’attente à la caisse d’un commerce, c’est la même chose. Nous voyons bien que lorsque nous avons l’occasion d’échanger, cela rend généralement le sourire : lorsque l’on bouscule par accident notre voisin, c’est souvent un point de départ pour briser la glace. Nous échangeons trois mots, un sourire et la fois suivante nous pouvons nous saluer plus facilement. Étonnant d’avoir besoin de ça !

 

 

Récapitulons donc : lorsque l’on broie du noir, on peut avoir tendance à fuir notre problème et à vouloir éviter d’en parler. Pourtant, on se rend compte que le fait d’en parler avec notre entourage aide à le résoudre ou bien à le relativiser. À partir de là, on peut prendre conscience du rôle que l’on joue, en partageant nos peurs et nos doutes autour de soi. L’écoute et les conseils des autres deviennent donc des facteurs déterminants de notre bonheur.

 

Chacun prend conscience des choses différemment, mais dès lors que l’on sait que l’on a besoin des autres, on devient capable d’être présent pour eux et donc de comprendre le rôle que l’on peut avoir dans cette lutte contre la solitude. La société par définition est un groupe d’individus unifiés par des liens, elle ne peut donc exister que grâce à chacun de nous.

PAROLE CROISÉE DE CARILLONNEURS

 

 

Chacun leur tour, Emma, JS et Momo ont répondu à nos questions sur la solitude.

 

T'arrive-t-il de te sentir seul-e, isolé-e ou exclu-e ?

 

    Emma Il m’arrive de me sentir seule, et pas nécessairement lorsque je le suis physiquement. C’est souvent sans raison particulière, et c’est ce qui rend pour moi la solitude indéfinissable, ou en tout cas propre à chacun.

    J-S Oui. Mais avant d’être à la rue, j’étais encore plus seul parce que je souffrais de l’isolement psychique et c’est peut-être le plus dur.

    Momo Bien sûr, mais je pense avoir la chance d’être quelqu’un de bien entouré.

 

Qu'est-ce qui t'aide à ne plus te sentir isolé-e dans ces cas ?

 

    Emma Me confronter au réel. Sortir, observer, sentir, sourire à des inconnus.

    J-S J’ai passé un an seul dans un parc, à ne quasiment pas parler. J’avais donné un nom à mon sac et je lui parlais... Maintenant je discute plutôt avec des gens.

    Momo Travailler au bar, voir mes amis, ma femme.

 

Qu'as-tu envie de faire lorsque tu sens que tes proches ou voisins se sentent

seuls ?

 

    Emma Leur montrer que c’est temporaire et que c’est ce qui fait leur humanité. Plus on est capable de l’accepter et de l’exprimer, plus on est capable de s’ouvrir aux autres pour éviter l’isolement.

    J-S J’essaie d’aller vers eux mais c’est pas évident, même si c’est une personne à la rue comme moi... Mais au bout d’un moment le lien se crée.

    MomoDiscuter avec eux et surtout les écouter.

 

Que recommandes-tu de faire à ceux qui se sentent seuls ?

 

    Emma D’aider quelqu’un d’autre qui se sent seul !

    J-S Se rendre aux événements du Carillon... C’est une bonne façon de faire des rencontres, d’oublier un peu sa solitude et même de faire des rencontres qui peuvent se transformer en amitié. 

    Momo Essayer de faire des activités, sortir pour rencontrer des personnes.

VU ET ENTENDU DANS LE RÉSEAU

 

 

 


 

Please reload

Posts Récents
Please reload

Catégories

2019 © Le Carillon / Association de loi 1901 La Cloche

Le Carillon fait partie du réseau international The Chime

RETROUVEZ TOUS LES PROJETS DE L'ASSOCIATION :